Ce mois-ci il fallait que l’on choisisse notre lieu préféré avec le rendez-vous #HistoiresExpatriées. Sophie du blog Au sud du pôle nord, qui vit en Islande, nous a proposé ce thème et il y en plus une surprise tout en bas de l’article 😉 Je tenais aussi à mentionner qu’elle tient un blog super intéressant. je vous conseille vivement d’aller y faire un tour.

En réfléchissant à mon lieu préféré dans l’ouest canadien je me suis souvenue que je n’avais jamais parlé de Tofino sur le blog. Il y avait un article qui traînait dans mes brouillons depuis 2 ans à ce propos. C’est fou parce que si je dois vous conseiller 2 destination à l’ouest des prairies j’ai 2 mots à la bouche : les Rocheuses et Tofino. Alors voilà, le mal est réparé : bienvenus à Tofino !

Tofino, un bout de terre sur la côte ouest de l’île de Vancouver 

C’est l’effet bout du monde et bigger than life, qui m’a fait adorer ce petit coin de l’île de Vancouver. Attention Tofino se mérite : il faut prendre un ferry de Vancouver à l’île, débarquant à Nanaimo. Puis louer une voiture ou prendre un bus et traverser l’île d’est en ouest. Ce dernier trajet prend 3h ou 4h. Enfin on arrive à Tofino. Au bout du Canada. Au bout même de la transcanadienne, cette fameuse route qui traverse le pays d’est en ouest.

Bout du monde face à l’océan Pacifique. Les prochaines terres sont des îles du Pacifique, ou plus au sud la Nouvelle-Zélande, puis l’Asie. 

Quand je dis Tofino je parle de la région ; ce sont 3 villages et un parc national côtier. Il y a Tofino le premier et village, le plus connu, Ucluelet que les canadiens surnomment affectueusement “youki”, Port Albion et Pacific Rim National Park.

Tofino et ses alentours forment un décor digne de Pocahontas

L’air est frais, il y a toujours un petit vent et le climat est loin d’être méditerranéen. La forêt pluviale nous ferait presque entendre un Pow Wow amérindien. Cette forêt cache bien son jeu car elle est épaisse, on est dedans plusieurs heures d’affilée sur le trajet de Nanaimo à Tofino, et elle ne laisse pas entrevoir grand chose.

Mais lorsque l’on arrive à la mer, s’ouvrent d’immenses plages de sable fin. La plus grande mesure 16km : c’est Long Beach, soit une arcade gigantesque. Un véritable autel à l’océan qui vient se jeter dessus inlassablement. Du pain béni pour les surfeurs. Et les quelques aventuriers qui osent se baigner dans une eau bien fraîche. La forêt qui l’entoure est brumeuse du matin au soir. Cette brume semble être une protection cotonneuse préservant les lieux.  

Cette brume qui nous accompagne tous les jours
Etre au bout du Canada

Découvrir les lieux

De Tofino à Ucluelet je me suis baladée sur les sentiers entre la forêt et les plages avec des amis durant un long weekend en 2016. Nous avons pris du vent, de la brume, du soleil et de l’humidité, le tout en l’espace de 2 jours. Les températures changeaient et les ressentis différaient d’un lieu à un autre. C’était une dernière bouffée d’air frais et de soleil avant un hiver gris et pluvieux. Nous étions dehors du matin au soir pour explorer, marcher et profiter des derniers rayons d’un soleil déclinait de plus en plus tôt. Et grâce à cela j’ai vu mon plus beau coucher de soleil au Canada.

Coucher de soleil à Ucluelet, proche de Tofino

Nous avons aussi bien mangé, visité un petit centre d’art amérindien ainsi que quelques boutiques de souvenirs faits maison. Ici il y a quelques enseignes locales de légendes : un foodtruck nommé Tacofino et un chocolatier appelé Chocolate Tofino tout simplement. Entre les 3 villages tout est local ; il s’agit de faire vivre une communauté soudée et ne souhaitant ne pas voir s’installer de grandes chaînes commerciales. La fille qui tient la boutique de souvenirs est la copine du gars qui tient la brasserie au bout de la rue, et ainsi de suite. Ici les seules marques viennent des magasins de sport locaux qui équipent pour le surf, la rando et le kayak de mer. Je vous assure que ne pas voir d’enseignes dans un village en Amérique du nord est REPOSANT. Et pas forcément commun surtout dans un lieu qui vit du tourisme 6 mois de l’année. 

Tofino est une véritable petite pépite de l’ouest canadien que je vous souhaite de découvrir si vous passez dans la région. C’est un petit paradis de mai à septembre où l’on peut aller randonner, observer les baleines à bosse, louer des kayaks de mer, surfer, manger et boire de bonnes choses.


Jeu concours avec l’Âme des peuples : gagner un livre à propos d’un pays qui vous fait rêver

Cette fois avec #HistoiresExpatriées je vous propose un concours pour gagner un des livres de la collection l’Âme des peuples aux éditions Nevicata. Cette collection propose des livres qui sont une introduction à des pays et leur culture. Ils sont idéaux avant un voyage ou une expatriation. Jusqu’au 25 septembre vous pouvez essayer de gagner l’un de ces livres en participant :

Perrine

Voyageuse un peu aventureuse, je suis partie de mes Alpes françaises natales pour découvrir le monde et ses curiosités. Ici je partage mes expériences, mes voyages, mes découvertes, mes pensées en PVT.

Cet article a 6 commentaires

  1. Je n’y suis jamais allée mais tu me vends du rêve !

    1. Alors tant mieux 🙂 Je suis restée sur ma faim avec seulement 2 jours pour découvrir, j’irais bien passer une petite semaine là-bas histoire de prendre des cours de surf.

  2. J’ai ADORÉ Tofino! Et toute l’île de Vancouver en fait ! J’aurais tellement aimé y rester plus longtemps et je pense que j’y retournerai volontiers un de ces quatre !

    1. Oui j’adore l’île aussi, je n’ai pas encore tout exploré. Tes photos du lac Ontario me donnent une bien belle impression de Toronto. Je n’avais pas trop accroché quand j’y étais allé mais je n’étais restée qu’une journée alors je ne sais pas si ça compte vraiment 🙂

  3. Je te l’accorde que L’ile de Vancouver est absolument magnifique, les 4h de route nous ont freiné justement pour faire Tofino par manque de temps – nous avons passé 4 jours magnifiques à Victoria alors lorsque je vois tes photos je me dis qu’il faudrait peut-etre que j’y retourne !!! 🙂

    1. Oui le temps de trajet pour Tofino en décourage plus d’un. Et d’ailleurs c’est un peu la raison pour laquelle je ne suis pas encore revenue, alors que j’aimerais y prendre quelques cours de surf.

Un petit mot ?

Fermer le menu