De 2017 à 2018

2017. Tu as été rude et généreuse à la fois.

Tu m’as donné du fil à retordre surtout niveau travail. Je me suis retrouvée dans une situation folle avec des responsabilités mais sans outils pour les assumer. Mais j’ai tenu. J’ai ma fierté et j’ai un besoin incessant de réparer, rafistoler, bref travailler pour améliorer. Etre responsable d’une auberge de jeunesse de 200 lits n’est pas tous les jours facile. Surtout lorsque l’on a affaire à des employés jeunes et anglo-saxons : pourris gâtés dans leur enfance ils ne comprennent pas la discipline ou qu’on doive leur dire non parfois. Quelques réflexions ou réactions niveau école primaire ça peut gâcher une belle saison été mine de rien. Sans parler de ceux qui viennent bosser en auberge … pour faire la fête, mais la fête en mode trash. Bref ce fut dur et j’ai appris sans aide et avec peu de soutien sauf par les amis, merci les amis.

2017 tu as été chouette en amitié : bel été, belles découvertes, superbe automne. Des amitiés se sont créées, de belles relations que j’espère maintenir. Je suis toujours une aussi mauvaise amie à distance en revanche. Je suis nulle pour donner des nouvelles  dès que je suis loin, alors je vous demande pardon.

2017 tu as été calme sur le blog (je suis donc doublement coupable de ne pas donner de nouvelles). Je n’ai pas beaucoup écrit, ai un peu eu un syndrome de la page blanche.J’ai lentement mis en ligne mes billets sur notre grand voyage Canada-USA de l’automne 2016. J’avais envie d’écrire mais j’étais souvent fatiguée le weekend ou j’avais des projets et je ne me sentais pas de me concentrer. Aussi, la digestion de ce voyage fut un peu difficile : tri des photos, déprime et essai de bosser sur la partie technique du blog… D’ailleurs le menu principal ne marche plus sur la page d’accueil, je vais essayer de régler ça bientôt.

2017 tu m’as fait comprendre que j’aimerais rester un peu plus longtemps au Canada mais sans être liée à mon employeur : alors je demande ma résidence. J’ai demandé un nouveau visa en décembre histoire d’avoir un plan B. Il s’appelle mobilité francophone et est valide 2 ans. Merci PVTistes.net pour les infos et dossiers, et si vous cherchez de l’aide en immigration au Canada je recommande Eva Cal services immigration. Je ne compte pas rester sur ce visa car il me lie à mon employeur et me limite donc un peu niveau travail. Et puisque l’obtention de la résidence permanente au Canada a été facilitée dernièrement avec le système appelé entrée express, je prépare ma candidature. J’ai donc commencé le marathon des papiers. Je peux d’ores et déjà vous annoncer que j’ai obtenu 4 beaux certificats de police pour les pays dans lesquels j’ai vécu plus de 6 mois : France, Italie, Espagne, Nouvelle-Zélande 🙂

C’est donc un bilan d’un PVT un peu trop sédentaire et sérieux que je fais pour 2017. Mais cette fin d’année a apporté son lot de positivité : avec de nouvelles rencontres et relations, un nouveau visa, des démarches qui aboutissent et un beau voyage en Thaïlande qui a démarré le 30 décembre.

Allez, au revoir 2017, et vive 2018 ! Bonne année de Chiang Mai, Thaïlande !

About Perrine

Globe-marcheuse un peu aventureuse j'écris sur ce petit bout de web qui fait office de carnet de route. Je rêve, j'explore et j'apprends en voyageant et travaillant un peu partout grâce à mes études, mes PVT/WHV, mes road-trips. Viens donc faire un bout de chemin avec moi.

Un petit mot ?