Espagne, du côté de l’Atlantique

100_1530Loin des côtes bétonnées, loin des 40° en été, loin des grosses stations balnéaires, loin des foules compactes de touristes, il y a le nord de l’Espagne. Il attire moins de monde (plutôt des espagnols, des anglais venant en ferry et quelques français). Il n’est pas (encore ?) envahi de boîtes de nuit sur les plages, de jeunes soiffards hurlant et de déchets. Les côtes sont sauvages (criques, rochers, baies superbes), les station balnéaires petites et peu développées, les fruits de mer sont très bons et les montagnes sont souvent pas loin derrière pour couronner le tout. Les raisons d’y aller sont :

  • Le coût des vacances peu élevé ;
  • Les plages moins bondées mais plus belles, plus sauvages ;
  • Les activités sportives variées grâce aux montagnes et à l’océan ;
  • Les spécialités culinaires ;
  • Le mix : mer, montagne, ville et visite de villages typiques dans un même séjour ;

Le mode road-trip sur la côte depuis San Sebastian jusqu’au Portugal est génial pour expérimenter toutes les facettes de ces régions souvent méconnues. Les auberges (de jeunesse ou non) ne manquent pas tant en ville qu’en campagne : le fameux tourisme vert (comprenez proche de la nature et des paysages) est à tester ici.

Je vais aborder cette côte nordique d’est en ouest.

San Sebastian première ville à la frontière française, vaut le détour pour ses pinchos (tapas du nord de l’Espagne), sa baie, sa culture basque et son bel arrière pays.

Bilbao est à voir juste pour le Guggenheim impressionnant d’originalité et ses alentours super bien aménagés. J’ai plus apprécié l’architecture du musée que l’expo en elle-même en fait. Bon je crois qu’il faut connaître et aimer l’art contemporain sous toutes ses formes pour vraiment profiter.

Pour le reste du Pays Basque c’est l’intérieur des terres le plus intéressant (enfin selon mon expérience) : la route du vin est plutôt chouette surtout avec sa ciudad del vino et son design détonnant en pleine nature. Les massifs de montagnes ne manquent pas ainsi que les parcs naturels : El Valderejo, Pagoeta, Aralar mais aussi les lacs de Laguardia. Seule difficulté : la langue car tout est écrit en basque et pas forcément traduit automatiquement surtout en dehors des villes. Pour le reste : balades à cheval, à velo, à pied, en voiture, à dos d’âne… Tout est bon pour bouger !

En Cantabrie Santander est LA ville de la région : elle se transforme en station balnéaire l’été lorsque les propriétaires sont heureux de remplacer les étudiants par les vacanciers durant 2 mois dans leurs locations. Pas beaucoup de résidences de tourisme ou d’hôtels, mais des habitants qui utilisent efficacement leur espace de vie. Aux alentours les plages accessibles à pied et en transports en commun sont nombreuses (et plutôt fréquentées). Ma préférence allant à celle nommée Mataleñas non loin du phare (où l’on peut d’ailleurs faire une jolie balade). Bien évidemment en prenant un véhicule on peut facilement aller vers des endroits moins fréquentés. Santander est belle sur son front de mer : ancienne station balnéaire de la bourgeoisie madrilène à l’époque de Franco, elle a gardé une certaine élégance due à son aménagement : palmiers, casino, petits squares et presqu’île de la Magdalena (petit paradis en pleine ville !) vierge de construction (sauf la résidence royale à bon entendeur). A admirer côté ville : les villas, le (très) petit centre ville avec les vieilles vérandas en bois tout en profitant de pinchos en soirée. A faire : prendre le bateau pour aller à Somo de l’autre côté de la baie et se balader sur la bande de sable avancée que l’on voit depuis la ville.

Ici, tout comme ailleurs sur toute la côte nord, les possibilités de pratiquer des sports nautiques (moins chers que dans des zones très touristiques) ne manquent pas : voile, surf, paddle, etc.

Les villages cantabriques reflètent la variété de la région : Santillana del Mar et Potes en montagne, Comillas en bord de mer embelli par une des œuvres de Gaudi et San Vincente de la Barquera, port de plaisance surplombé par les Picos de Europa.

Plus loin dans les Asturies la côte déchiquetée n’en fini pas d’être belle et surprenante : les avancées (Cabo Vidio), les baies, les rias que l’on pourrait traduire par des fjords à l’espagnole, les plages de sable fin, les petits ports de plaisance et leurs petites stations balnéaires fleurissent ici et là. Un des premiers villages côtiers en venant de Cantabrie à voir (ou séjourner) est Llanes, mignon comme tout.

Je ne connais pas la Galice, ultime région espagnole à l’ouest, mais je promets d’aller y faire un tour et de compléter cet article : les fruits de mer de la Corogne met font de l’œil mais aussi Saint Jacques de Compostelle (qui paraît-il est une ville très étudiante !), le parc national des îles atlantiques de Galice (étendu sur presque toute la côte), ainsi que la plage de Rodas et les étonnants Axeitos.

Pour conclure, de ce côté-ci de l’Espagne on y découvre la culture basque, puis les influences celtiques de nos amis ibériques avec leurs particularités historiques, culturelles et culinaires dans chaque région. Vous bronzerez peut-être moins mais ces paysages en valent la peine.

Ce que je vous souhaite si vous y allez : goûter du fromage des Picos, acheter des ustensiles de cuisine en bois faits main, tester des pâtisseries asturiennes, surfer et se baigner dans l’océan, boire du cidre espagnol, randonner sur un des chemins de Saint Jacques, manger des fruits de mer et admirer un coucher de soleil à la pointe d’un rocher.

About Perrine

Globe-marcheuse un peu aventureuse j'écris sur ce petit bout de web qui fait office de carnet de route. Je rêve, j'explore et j'apprends en voyageant et travaillant un peu partout grâce à mes études, mes PVT/WHV, mes road-trips. Viens donc faire un bout de chemin avec moi.

You May Also Like

2 comments on “Espagne, du côté de l’Atlantique

  1. 1 décembre 2015 at 4h58

    Une partie de l’Espagne que nous ne connaissons pas encore mais qui nous attire de plus en plus surtout en mode road trip.

    • 1 décembre 2015 at 5h07

      Oui le road trip de l’atlantique en Europe : de la Bretagne au Portugal 😉 ça fait rêver !

Un petit mot ?