Copenheaven

CPHAvril 2012, arrivée au coucher de soleil à Copenhague : vue sur les éoliennes rougeoyantes durant l’atterrissage. Première rencontre à la sortie du métro avec un “Are you lost? Do you need help?” d’un gentil monsieur voyant que je sortais un plan de la ville. Après les indications reçues, je prends la direction de ma rue. Je vois alors d’étranges personnages me dépasser  sur d’élégants véhicules à 2 roues que je n’avais encore jamais vus (loin du style VTT décathlon !). Me voici chez les Danois avec leurs bicyclettes et leur gentillesse. Je suis tombée amoureuse ! Ou est-ce que je signe pour rester ? Comment ça se passe ? 😀

Copenhague est la plus belle surprise en voyage de ma vie à ce jour. Je n’avais aucune idée de ce que j’allais voir (enfin peut-être la Petite Sirène et les maisons colorées de Nyhavn). Je n’avais aucune connaissance de la culture danoise et plus largement des cultures scandinaves. Quel choc et quelle agréable surprise ! Et ça n’en finit pas : découvrir que n’importe quelle personne à chaque coin de rue est capable de me parler en anglais, que les gens sont souriants et que le stress n’existe pas (il s’est arrêté à une frontière apparemment) m’a littéralement charmé. Les bicyclettes sont LE mode de transport par excellence. Elles sont belles, je dirais même chics et plus agréables à prendre en main que les vélos classiques français. Les voies de vélos sont soit presque aussi larges que celles des voitures soit sur des trottoirs surélevés à côté des trottoirs piétons. On ne peut rêver mieux. Si on est bien dans la plus grande ville de Scandinavie, elle ne semble pas trop bétonnée avec ses parcs et plutôt calme malgré une vie étudiante et économique dynamiques et avant-gardistes. A 18h il n’y a presque plus de bruits de voitures ou d’activité économique. Mais cela ne veut pas dire qu’il ne se passe rien et que tout le monde se couche à 20h ! Non au contraire la ville est très animée en soirée, durant la semaine et les weekends : concerts, restaurants, bars, boîtes de nuit, expos, musées, initiatives artistiques, théâtre… Rien ne manque et les Danois savent s’amuser !

Copenhague est composée de 10 quartiers et d’une commune à part en plein milieu (vous avez dit bizarre ?!). Je ne les connais pas tous très bien, aussi vais-je vous faire part de mes impressions uniquement sur ceux que j’ai le plus fréquentés.

∞ Premièrement cette belle capitale possède un cœur historique au bord de l’eau très joli, parsemé de châteaux,  de musées, de maisons colorées, de restaurants et d’un parc d’attraction : Tivoli. Superbement kitsch et ayant très bien vieilli (il me semble que dans ce cas on dit : vintage 😉 ), il a tout à fait sa place dans la vieille ville, avec ses concerts en été. Pour clôturer le tout il y a la fameuse Petite Sirène qui déçoit tant de touristes : petite, elle l’est, au bout de la promenade sur le front de mer, ayant pour arrière-plan le port industriel et ses cheminées crachant de la fumée noire. Mais les lieux ne sont pas dénués de charme je trouve, et je n’ai pas été si déçue que le reste des touristes qui prennent tout de même soin de la photographier sous toutes ses coutures (pour si peu qu’elle en ait) !

Lorsque l’on va du côté d’Amager (regroupant 2 quartiers) on retrouve l’opéra très moderne et superbement éclairé au coucher de soleil et en soirée. Je crois qu’il n’est accessible presque qu’en bateau, et proche d’un mini quartier chic de canaux surnommé la petite Amsterdam. Ici se trouvent les restaurants réputés et bourgeois, le plus célèbre étant le fameux Noma considéré comme le meilleur au monde en 2012. Je n’ai jamais testé mais il paraîtrait que la cuisine est high-tech. Je tenterai le jour où j’aurai le budget ! 🙂 Ce quartier se trouve en bout de centre-ville entre mer et terre, ce qui lui confère un certain charme.

Quand on sort du centre en direction de l’arrière-pays (si je puis dire), on arrive vers les lacs artificiels, témoins de l’ancienne délimitation de la ville. C’était en fait les douves qui furent réaménagées en petits lacs accompagnés de leurs ponts pour accéder aux différents quartiers de Copenhague. C’est l’un de mes endroits préférés, car à la croisée des différents quartiers et ambiances de la ville. C’est aussi très agréable l’été pour se poser à la sortie du boulot. Lieu principal des bouchons de vélos, j’ai toujours trouvé ça drôle d’être coincée dans ces pelotons au moment d’entrer en centre-ville. J’en ai profité pour observer les différentes techniques d’améliorations des vélos pour s’adapter à la vie moderne : les remorques à l’avant ou à l’arrière pour transporter ses enfants, ou encore les selles entre soi et le guidon pour mettre son petit dernier casqué et protégé du trafic, mais aussi les couples qui se séparent d’un petit baiser pour aller au travail chacun de leur côté. Mignon.

J’ai principalement vécu dans Nørrebro (signifie vraisemblablement au nord du pont) : quartier multiculturel où beaucoup d’immigrés se sont installés. C’est aussi un lieu de création artistique et de fêtes estudiantines. Il se transforme peu à peu en se “résidentialisant” et en développant diverses activités attirant étudiants, intellectuels, artistes et commerçants. Les kebabs ne se comptent plus, ni les magasins de vélos bon marchés. Les initiatives associatives et cafés présentent une grande diversité, je n’ai pas pu tout tester aussi serai-je obligée de revenir 😀 Ici on trouve en outre beaucoup de restaurants à la cuisine exotique (Asie, Amérique du Sud, …). Très original : le cimetière aux murs jaunes où sont enterrés un certain nombre de célèbres danois, est considéré comme un parc où chacun vient pique-niquer, se reposer, se promener en famille. J’adore ! Ce quartier est parmi mes chouchous : toujours en mouvement ! Pour des adresses sympas voici le blog de Scandinavia Dreaming.

∞ Vesterbro (à l’ouest du pont si je ne m’abuse) est un ancien quartier industriel qui mourut (?). Il renaît : un certain nombre d’anciennes usines sont réinvesties, il y a des bars, des galeries d’art, des évènements culturels et de nouveaux commerces. Au premier abord cet endroit m’a paru gris et triste. Mais j’y suis allée en entendant parlé des expos et de l’art. Je n’ai pas été déçue. En effet, les fresques urbaines y sont très impressionnantes et beaucoup d’entreprises dans le secteur créatif et artistique s’y installent. Les expos ne manquent pas ainsi que les petits restos. Ce sont certainement des lieux accessibles aux petits projets en développement… En se promenant on s’aperçoit que beaucoup d’initiatives se créent et permettent la transformation de ce quartier. C’est l’un des lieux où je retournerai en priorité pour voir les changements et nouveautés ces prochaines années…

∞ Frederiksberg est une commune au milieu de Copenhague, plutôt étrange n’est-ce pas ? Elle est résidentielle avec des maisons et immeubles assez chics, des restaurants et lieux de vie élégants et beaux. Plutôt bourgeois, cet endroit me plaît pour les jolies balades à vélos, et surtout son grand parc (du même nom que la commune).

Østerbro (comprenez à l’ouest du pont) : ce quartier “poussettes” (familial) plutôt sympa compte un certain nombre de jeunes qui s’y sont installés (phénomène des Hendel). Proche du centre et des animations de Nørrebro, avec ses petits commerces, ce quartier à l’air agréable à vivre. Je n’y suis allée que pour voir des amis mais les lieux sont plutôt conviviaux. Le seul endroit que je connaisse réellement est sont grand parc juste devant les lacs (en face du centre-ville). Il accueille les grands évènements tels quel le carnaval de la ville (célébré à la Pentecôte !) ou encore le grand rassemblement du 1er mai, mais aussi les grands concerts et spectacles l’été.

∞ Christiania. Certainement l’un des endroits les plus célèbres et les plus visités de la capitale danoise. Ce “quartier” de hippies se trouve dans une ancienne base navale au bout d’Amager. Un lieu paradisiaque : une campagne sauvage entre terre et mer avec des maisons construites de bric et de broc où vivent des (soi-disant ?) hippies issus des mouvements de mai 68. Nombre de jeunes viennent envahir ce petit état (dans l’Etat !) l’été pour profiter des concerts de groupes plus moins connus, des fêtes, ou juste se poser sur des pelouses et bars au bord de l’eau. Et l’on fait son marché aux herbes à fumer ! Très controversé cette mini-ville (ou appelez ça comme vous voudrez) bénéficie d’un succès touristique et d’un soutien de la part d’un certain nombre de danois. Cela assure sa (possible) survie et sa convivialité. L’impression de quitter le monde réel est très agréable mais teintée d’un étrange sentiment : on ne sait plus si l’esprit originel des lieux existe encore avec la massification du tourisme. Personnellement ce fut un endroit dont j’ai beaucoup profité pour les concerts du dimanche soir en été, les barbecues et les balades.

Copenhague est riche de diverses facettes pleines de surprises. J’ai eu la sensation d’être dans un monde à part, loin du stress des grandes villes, de la folie urbaine habituelle et ordinaire, de la pollution atmosphérique, sonore ou visuelle. Pourtant on est bien en Europe dans un pays capitaliste, mais avec une âme particulière.

Un petit point sur les supers festivals : j’ai particulièrement apprécié Distortion en juin, festival de rue se déplaçant de quartiers en quartiers, et le JazzFest en juillet. J’ai loupé Roskilde, un des plus grands festivals de rock d’Europe du nord, mais je le ferai un de ces jours ! 🙂

OLYMPUS DIGITAL CAMERALe vélo, un allié de taille pour apprécier la vie à la danoise : j’en ai profité d’autant que j’étais à Copenhague entre avril et septembre, c’est à dire à la meilleure période. A vélo j’ai pu aller vers les plages durant mes weekends. Le fait de pouvoir sortir aussi facilement d’une ville de cette ampleur m’a procuré un grand sentiment de liberté et a réduit à néant la sensation d’étouffement que l’urbanisme en masse pourrait produire.

 

About Perrine

Globe-marcheuse un peu aventureuse j’écris sur ce petit bout de web qui fait office de carnet de route. Je rêve, j’explore et j’apprends en voyageant et travaillant un peu partout grâce à mes études, mes PVT/WHV, mes road-trips. Viens donc faire un bout de chemin avec moi.

You May Also Like

4 comments on “Copenheaven

  1. 9 novembre 2015 at 3h32

    On s’est juste croisées à Copenhague! Tout le meilleur pour tes aventures à l’autre bout du monde!

    • 9 novembre 2015 at 4h23

      Je partais début automne 2012 en effet … Je lis régulièrement ton blog qui donne tellement envie de revenir. Je profite des visas Working Holidays en ce moment, mais m’installer plus au nord en Europe me plairait un de ces jours…

  2. 3 janvier 2016 at 7h56

    Top, nous allons découvrir pour la 1ere fois Copenhague fin Janvier. à la lecture de ton article nous devrions adoré ;). Malheureusement le parc Tivoli sera fermé, dommage !

    • 5 janvier 2016 at 7h18

      Profitez bien alors ! Tivoli est ouvert en été et pour les fêtes de fin d’année … Ce sera une excuse pour revenir 😉

Un petit mot ?